lundi 7 janvier 2008

Méliès



Georges Méliès bien travaillé sur des actualités réinventées. En 1899, il a réalisé 11 épisodes sur l'Affaire Drefus :

L’affaire Dreyfus I : Arrestation de Dreyfus
L’affaire Dreyfus II : La case de Dreyfus à l’île du Diable / L’île du diable
L’affaire Dreyfus III : Dreyfus mis aux fers / La double boucle
L’affaire Dreyfus IV : Suicide du Colonel Henry
L’affaire Dreyfus V : Débarquement de Dreyfus à Quiberon / Débarquement à Quiberon
L’affaire Dreyfus VI : Entrevue de Dreyfus et de sa femme / Entretien de Dreyfus et de sa femme à Rennes
L’affaire Dreyfus VII : Attentat contre Me Labori
L’affaire Dreyfus VIII : Suspension d’audience / Bagarre entre journalistes
L’affaire Dreyfus IX : Le conseil de guerre en séance à Rennes
L’affaire Dreyfus X : La dégradation
L’affaire Dreyfus XI : Dreyfus allant du lycée de Rennes à la prison

Il a également produit des reconstitutions bibliques ou historiques, le couronnement d'Edouard VII par exemple. Je n'ai malheureusement trouvé aucun document vidéo sur ces deux sujets.

J'ai néanmoins trouvé ce film, de piètre qualité, sur l'éruption volcanique en Martinique réalisé en 1902. Cette éruption fit 28 000 victimes. Et si aujourd'hui ce film a un peu vieilli, il n'empêche qu'il représente, à mon avis, l'une des toutes premières formes d'images d'illustration d'un événement aussi important. Ce document témoigne de la violence des éléments, comme aucun mots jusqu'alors. Cette reconstitution apporte pour l'époque des images animées là où seuls des mots étaient parvenus. On voit bien ici que aujourd'hui encore on a recours à du visuel pour transmettre de l'information. Le fait que le film soit muet, certes par contrainte technique puisqu'il était alors impossible d'ajouter du son à la bande vidéo, confère à l'image un statut d'autant plus fort. L'image communique par elle seule et n'est pas perturbée par du sonore (commentaire ou petite musique qui accentuerait l'effet dramatique de la scène).

Mais il ne faut oublier que Georges Méliès est avant tout un magicien. Quand on sais la peur qu'ont eue les spectateurs lors de la projection du Train arrivant dans la gare de La Ciotat des Frères Lumières, on peut se demander quels effets ont produit ces images ? Ont-elles illustré la réalité ou bien ont-elles été prises pour la réalité elle-même ? Et au-delà de toute considération due à l'époque, ces images, en tant qu'illustration, ne sont qu'un scénario possible et en aucun cas correspondent réellement à ce qui s'est passé en Martinique. Mais je crois que Georges Méliès n'avait pas cette prétention. Dévoré par sa passion, il n'a jamais joué de son pouvoir pour manipuler les foules. C'était un merveilleux magicien, passionné avant tout par l'image et ses effets. Et pour la peine, un petit bonus !

1 commentaire:

Océane Lanouet a dit…

En ce qui concerne le langage purement visuel du film muet,"L'homme à la caméra" pourrait t'intérésser. En plus il y a des bonus sur le DvD (qui est à Stéphane). Ca commence par :
"Le film que vous allez voir est un essai de diffusion cinématographique de scènes visuelles (...) sans intertitres, sans scénarios, sans théatre. Cette oeuvre expérimentale a pour but de créer un langage cinématographique absolu et universel complètement libéré du langage théatral ou littéraire"
Le 'cameraman'est filmé parfois, le reste c'est la vie du bloc soviétique...